Hippocrate 

 

 


Hippocrate traitant un patient

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hippocrate
(v. 460 av. J.-C.-v. 377 av. J.-C.)
Le plus grand médecin de l'Antiquité
,
considéré comme le père de la médecine

Hippocrate « le Grand » (en grec Ἱπποκράτης Hippokratês) né dans l'île de Cos en 460 av. J.-C., mort à Larissa en 356 av. J.-C.) médecin grec. Il ne faut pas le confondre avec le géomètre Hippocrate de Chios.

Il fait partie des Asclépiades, famille de prêtres-médecins vénérant Asclépios, dieu de la médecine. Comme ses collègues, il voyage à travers le bassin méditerranéen pour apprendre et pratiquer. Il est réputé être à Athènes au moment de la guerre du Péloponnèse, il y devient disciple de Démocrite et Gorgias. À la fin de sa vie, il vit en Thessalie, et est réputé mourir à Larissa.

Il est réputé être le père de la médecine. Sa devise est « avant tout, ne pas nuire » (primum non nocere). Il est considéré comme le premier médecin occidental à avoir clairement séparé l'exercice de son art d'un contexte religieux. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de médecine, dont le celèbre Serment d'Hippocrate qui édicte les devoirs professionnels du médecin. Ce serment est aujourd'hui encore prêté, sous une forme à peine modifiée, par les médecins à la fin de leurs études.

* * *

Hippocrate voyagea beaucoup avant de s'y installer pour exercer et enseigner la médecine.
Son nom est associé au serment d'Hippocrate, bien qu'il ne soit sans doute pas l'auteur de ce document. En fait, sur les quelque soixante-dix ouvrages du Corpus Hippocratum qu'on lui attribue, il n'en a sans doute écrit que six.

Cet ensemble de traités est certainement le reliquat d'une bibliothèque médicale de la célèbre école de médecine de Kos. Ses enseignements, son sens du détachement et sa capacité à effectuer des observations cliniques directes influencèrent probablement les autres auteurs de ces ouvrages, qui contribuèrent beaucoup à libérer la médecine de l'Antiquité de la superstition.
Le traité le plus important de la collection hippocratique est celui sur les airs, les eaux et les lieux (Ve siècle av. J.-C.), qui, au lieu de donner aux maladies une origine divine, envisage qu'elles peuvent venir du milieu extérieur. Il explique que le temps, l'absorption d'eau et les lieux bénéficiant de vents favorables, peuvent participer, avec le médecin, au maintien de la bonne santé d'une population. Déjà de l'écologie !
D'autres ouvrages - Traité du pronostic et Aphorismes - firent avancer l'idée, alors révolutionnaire, que le médecin peut envisager l'évolution d'une maladie en se basant sur l'expérience. L'idée d'une médecine préventive, conçue pour la première fois dans Régime et Régime pour maladies graves, souligne non seulement l'importance du régime mais aussi du mode de vie du patient et la manière dont celui-ci influe sur sa santé et sa convalescence.
Dans le Traité sur les articulations, il préconise l'utilisation du "banc d'Hippocrate" pour le traitement des luxations.
Parmi ses autres ouvrages citons : Traité des plaies de la tête et Maladies chez la femme.

On lui doit les fondements de la Médecine clinique et de la dentisterie. Il examine les dents, décrit leurs fonctions, leurs séquences d'éruption. Il prescrit des dentifrices et se penche sur le rôle de la nutrition. Il perçoit l'importance d'un bon aligement des dents pour la prononciation. Après une fracture de la mâchoire, il recommande d'attacher les dents à gauche et à droite de la lésion pour immobiliser les fragments.

Hippocrate a décrit plusieurs anomalies en odontologie et préconisé des traitements.
Dans l'opuscule ' Des épidémies' il signale un cas de gangrène en bouche et un cas d'ostéomyélite. Dans ' Les articulations', il décrit très clairement l'articualtion temporo-mandibulaire ainsi que ses luxations. Dans 'Dentition' il précise l'apparition des dents chez le foetus dès le 7e mois et décrit aussi des anomalies de positionnement des dents. Les traitements sont assez sommaires : cautérisation des gencives, avulsion des dents, des bains de bouche et gargarismes.

 (in Histoire illustrés de l'Art dentaire - Dechaume - 1977)

 

Grand adepte de la médecine par les plantes, Hippocrate pensait qu'en cas de maladie le médecine ne pouvait qu'aider le corps à se guérir lui-même avec quelques médicaments bien choisis et un régime adéquat.

 

 


 

 

 

 

Grèce - 560
Grèce - 693
Grèce - 1363

 

 


 


 

Grèce - 1896
Hongrie - 3096
Saint-Marin - 1053

 

 

 

 

Australie - 374
Trankei - 107
Iran - 993-994

 

 

 

 

Syrie - PA 264
Yemen - 165

 

France - TR 1963

Ticket de Loterie Nationale (1963)

 

Hippocrate naît vers 460 avant J-C dans l'île de Cos en Asie Mineure. Il tenait selon la tradition ses consultations sous le platane de la ville de Cos (en réalité, la ville semble avoir été fondée après sa mort...). Hippocrate met en avant l'intérêt capital de l'interrogatoire et de l'examen du malade. Il pratique la chirurgie (traitement des plaies et des fractures), les cautères, les saignées, les purgatifs et les vomitifs, et utilise une pharmacopée mêlant matières minérales, végétales et animales. Sa médecine est basée sur les mêmes principes que ceux des philosophes naturalistes : quatre éléments fondamentaux entrent dans la composition du corps humain (le feu, l'eau, la terre et l'air) sur lesquels se plaquent quatre caractères (le chaud, le froid, le sec et l'humide) et quatre humeurs (le sang, la lymphe ou phlegme, la bile jaune et la bile noire ou l'atrabile). Son enseignement est compris dans le Corpus Hippocratum, livre d'aphorismes édictant des principes généraux. Ces aphorismes seront appris par coeur et déclamés par les médecins jusqu'au dix-huitième siècle. On connaît surtout de nos jours le serment qui porte son nom (mais que d'aucuns attribuent à d'autres médecins) et que prêtent les étudiants en médecine lors de la soutenance de leur thèse. Ce serment instaure la confraternité entre médecins, l'égalité des hommes devant la maladie, la défense de la vie avant tout et le respect du secret médical. Notons toutefois qu'Hippocrate aurait refusé de dispenser des soins au roi des Perses alors en guerre contre ses compatriotes les Grecs, grave manquement au serment qui porte son nom... Hippocrate meurt en 377 avant J-C.

 

Le Serment d'Hippocrate

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours,
je partagerai avec lui mon savoir, et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ;
je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement.
Je ferai part des préceptes, des leçons morales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître, et aux disciples liés par un engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.
Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice.
Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.
Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille, je la laisserai aux gens qui s'en occupent. Dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.
Quoi que je voie ou entende dans la société pendant l'exercice ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.
Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais parmi les hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire !

 

 

 

 

 

 

Autres versions :

Serment d'Hippocrate texte historique

"Je jure par Apollon médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin, de remplir, selon ma capacité et mon jugement, ce serment et ce contrat; de considérer d'abord mon maître en cet art à l'égal de mes propres parents; de mettre à sa disposition des subsides et, s'il est dans le besoin, de lui transmettre une part de mes biens; de considérer sa descendance à l'égal de mes frères, et de leur enseigner cet art, s'ils désirent l'apprendre, sans salaire ni contrat; de transmettre, les préceptes, des leçons orales et le reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître, et aux disciples liés par un contrat et un serment, suivant la loi médicale, mais à nul autre.
J'utiliserai le régime pour l'utilité des malades, suivant mon pouvoir et mon jugement; mais si c'est pour leur perte ou pour une injustice à leur égard, je jure d'y faire obstacle. Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me la demande, ni ne prendrai l'initiative d'une telle suggestion. De même, je ne remettrai pas non plus à une femme un pessaire abortif. C'est dans la pureté et la piété que je passerai ma vie et exercerai mon art. Je n'inciserai pas non plus les malades atteints de lithiase, mais je laisserai cela aux hommes spécialistes de cette intervention. Dans toutes les maisons où je dois entrer, je pénétrerai  pour l'utilité des malades, me tenant à l'écart de toute injustice volontaire, de tout acte corrupteur en général, et en particulier des relations amoureuses avec les femmes ou les hommes, libres ou esclaves. Tout ce que je verrai ou entendrai au cours du traitement, ou même en dehors du traitement, concernant la vie des gens, si cela ne doit jamais être répété au-dehors, je le tairai, considérant que de telles choses sont secrètes.
Eh bien donc, si j'exécute ce serment et ne l'enfreins pas, qu'il me soit donné de jouir de ma vie et de mon art, honoré de tous les hommes pour l'éternité. En revanche, si je le viole et que je me parjure, que ce soit le contraire."


Serment d'Hippocrate
adaptation selon la Déclaration de Genève (1994)

Au moment d'être admis au nombre des membres de la profession médicale, je prends l'engagement solennel de consacrer ma vie au service de la personne humaine.
Je garderai à mes maîtres le respect et la reconnaissance qui leur sont dus.
J'exercerai mon art avec conscience et dignité.
Je considérerai la santé de mon patient comme mon premier souci.
Je respecterai le secret de celui qui se sera confié à moi, même après sa mort.
Je maintiendrai, dans toute la mesure de mes moyens, l'honneur et les nobles traditions de la profession médicale.
Mes collègues seront mes frères.
Je ne permettrai pas que des considérations de religion, de nation, de race, de parti ou de classe sociale, viennent s'interposer entre mon devoir et mon patient.
Je garderai le respect absolu de la vie humaine, dès son commencement.
Même sous la menace, je n'admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales contre des lois de l'humanité.
Je fais ces promesses solennellement, librement, sur l'honneur.

 
 

Lien : http://www.historylearningsite.co.uk/hippocrates.htm

 


HIPPOCRATE (460-377 av J-C)

Medecin grec.

9 timbres répertoriés

- Grèce n° 560, 560A, 560B, 563,
. 693, 1363, 1896
- Hongrie n° 3096
- Saint-Marin n° 1053

 



Retour au sommaire

Copyright © HA.2000-2012