Le travail du diamant

                       

Le diamant et son usage dans l'art dentaire

Pour soigner une dent cariée, il est nécessaire d'enlever tous les tissus dentaires atteints.
Ce "nettoyage" est effectué avec des instruments rotatifs électromécaniques ou pneumatiques et sur lesquels sont installées des fraises métalliques comportant souvent des incrustations de diamant pour une meilleure abrasion.

La dentisterie organisée est née en 1840 avec la fondation de la première école dentaire du monde, le Baltimore College of Dental Surgery, à Baltimore, aux États-Unis. En 1935, les résines acryliques polymérisées ont été introduites pour servir de base aux dents artificielles. Parmi les développements ultérieurs, on trouve l'utilisation d'instruments en carbure et en diamant pour la préparation des cavités et des surfaces, et le développement de matériaux plus solides et plus légers pour fabriquer les dentiers.

 

 
La Kimberlite est leur roche mère

 

Le diamant est une forme minérale du carbone. 
Il est placé au sommet de la hiérarchie des pierres précieuses et  est également très souvent utilisé à diverses fins industrielles.

Les timbres (plus bas dans la page)

Histoire                                                                                                            

                                       

Le nom diamant vient du mot grec adamas («!'indomptable!»), qui était probablement appliqué par les Grecs à n'importe quelle pierre dure, comme le corindon. 
La première référence spécifique aux diamants se trouve dans la littérature romaine du Ier siècle av. J.-C. Les diamants connus par les Romains venaient certainement d'Inde, qui, jusqu'au XVIIIe siècle, a été la seule source connue de ces pierres. On pense qu'ils se trouvaient uniquement dans les légendaires mines de Golconde, la ville du commerce du diamant. Les gemmes vendues là-bas venaient de nombreuses mines. 
En 1726 on a découvert des diamants au bresil, et en 1866 en Afrique du Sud, qui est aujourd'hui le principal pays producteur de diamants.

 

Outils de coupe 

Comme le processus de coupe induit de fortes contraintes locales, des frottements et un dégagement considérable de chaleur, les outils de coupe doivent combiner solidité, robustesse, dureté, et résistance à l'usure aux températures élevées. Ces exigences sont satisfaites à des degrés divers par des matériaux tels que les aciers au carbone (aciers contenant de 1 à 1,2 p. 100 de carbone), les aciers rapides (alliages de fer et de tungstène, de chrome, de vanadium et de carbone), le carbure de tungstène et le diamant, et par des matériaux récemment mis au point tels que la céramique, le carbure de céramique, et l'oxyde d'aluminium.

Propriétés

Le diamant se présente sous plusieurs formes, parmi lesquelles le diamant véritable (gemme cristallisée), le bort, le ballas et le carbonado.
Le diamant est la substance la plus dure que l'on connaisse!; sa dureté
est de 10 sur l'échelle de Mohs, conçue par le minéralogiste allemand Friedrich Mohs pour déterminer la dureté relative des minéraux sur une échelle graduée de 1 à 10. Sa dureté, que traduit sa résistance au rayage, n'est pas une quantité constante!; elle varie pour chaque diamant selon la direction de clivage.

Formation

Le mécanisme exact de la formation du diamant fait toujours l'objet de débats parmi les géologues, mais il est certain qu'une chaleur et une pression gigantesques sont nécessaires pour que le carbone se cristallise sous cette forme. Ainsi les diamants se forment-ils probablement dans de la roche en fusion ou magma, où ces conditions prédominent, en profondeur sous la surface de la Terre. Les roches qui contiennent du diamant ont donc probablement été poussées vers la surface, dans des sortes de cheminées, les célèbres «!pipes!» de kimberlite en forme d'entonnoir où sont localisés de nombreux gisements de diamants.

La roche mère est apparemment la péridotite, mais on trouve aussi de nombreux diamants dans des dépôts alluvionnaires éloignés de leur lieu d'origine. Dans certains cas, on trouve également les diamants dans des grès, des conglomérats ou d'autres roches sédimentaires, qui constituent probablement des dépôts alluvionnaires des ères géologiques précédentes.

On a également découvert des diamants extrêmement petits et opaques, dans certains types de météorites. Leurs propriétés physiques sont identiques à celles des diamants cubiques naturels mais ils présentent une structure cristalline hexagonale, les couches d'atomes étant inclinées de 60!°C par rapport à la position dans laquelle elles se trouvent dans les diamants cubiques.

Les diamants hexagonaux sont formés directement à partir du graphite des météorites, au moment de l'impact, pendant lequel les températures et les pressions s'élevent à plus de 1 000 000 kg par cm2 pendant quelques millionièmes de seconde. Cependant, il semblerait aussi que des diamants microscopiques soient assez abondants dans l'espace, où ils résulteraient de l'explosion d'étoiles ou supernovas.

Forme des cristaux : Cubes, octaèdres, dodécaèdres, cristaux plats.

   

 

 

Gisements

Un «!caillou!» ramassé par un enfant sur les rives du fleuve Orange en Afrique du Sud en 1866 et identifié comme un diamant de 21 carats a été la première étape de l'ouverture de mines de diamants dans cette région, qui est devenue la plus importante région diamantifère du monde. La ruée vers les diamants alluvionnaires dans les graviers du fleuve Orange et la rivière Vaal s'est accentuée en 1870 et 1871 à la suite de la découverte de «!gisements primaires!» dans la région proche de la ville actuelle de Kimberley. Ces gisements étaient des parcelles à peu près circulaires d'argile jaune.

Des gisements de diamants, essentiellement alluvionnaires, sont localisés dans d'autres pays d'Afrique, dont la Tanzanie, la République démocratique du Congo, le Ghana et la Sierra Leone. Des découvertes ont également été faites en Australie, à Bornéo, dans l'Oural, en Sibérie, au Venezuela et en Guyane.

L'Inde a été pendant des siècles la seule source de diamants au monde!; la production actuelle est limitée à de petites quantités de diamants provenant de couches de conglomérats et d'une pipe de kimberlite.

On trouve aussi des diamants dans des zones très distantes les unes des autres au bresil près de la ville de Diamantina au Minas Gerais, dans l'État de Bahia et au centre-sud du bresil. L'exploitation du diamant bresilien est très importante dans la production de ballas et de carbonado.

La taille du diamant

Pour mettre en valeur la beauté d'un diamant, un certain nombre d'opérations sont nécessaires. Le clivage, le sciage et la taille constituent le travail du diamant. Ce sont les techniques les plus exigeantes et les plus difficiles de l'art lapidaire. 

Poids et qualité

L'unité de poids habituellement employée pour les diamants et les autres gemmes est le carat métrique, dont la valeur est fixée à 0,2 g. Une autre unité utilisée pour exprimer le poids des diamants est le point, un poids égal à 0,01 carat. Une pierre de 82 points pèsera donc 0,82 carat.

Pour juger de la valeur par carat d'un diamant taillé, quatre facteurs doivent être pris en compte : le premier est la couleur!; le deuxième la forme et la proportion de la pierre taillée!; le troisième la présence ou l'absence d'imperfections internes, de crapauds ou d'éclats externes!; le dernier le poids du diamant : une pierre de 5 carats a plus de valeur que cinq pierres d'un carat de la même qualité.

Diamants célèbres

Certains diamants sont entrés dans l'histoire, principalement en raison de leur taille. Le plus gros de tous les diamants est le Cullinan, qui a été découvert dans la mine Premier en Afrique du Sud en 1905 et a été offert à Édouard VII par le gouvernement du Transvaal. 
Le Cullinan pesait 3 106 carats (620 g) avant d'être taillé.
La plus grosse de ces pierres était une gemme en forme de goutte d'eau, nommée Étoile d'Afrique, de 530,2 carats. C'est le plus gros diamant taillé existant : il orne aujourd'hui le sceptre royal d'Angleterre.

Le Président Vargas, diamant trouvé au bresil en 1938, pesait 726,6 carats dans sa forme brute. 
En 1934, un diamant de poids quasi identique, le Jonker, fut découvert dans un gisement alluvionnaire, près de la mine Premier.
En 1967, on a découvert le Lesotho. Il pesait 601,25 carats brut.

Le Grand Mogol, réputé peser 240 carats lors de sa taille, a disparu depuis qu'il a été décrit par le voyageur français Jean-Baptiste Tavernier en Inde en 1665. 

 

 

Diamant

 

Cliquer le timbre pour ....


 

 

 

 
 Afrique du Sud - n° 298 - 299   Afrique du Sud - n° 476  Andorre - n° 197 
 



Belgique - n° 1167 Belgique - n° 1314 Belgique - n° 2105


 

 

 

Belgique - n° 2447 Botswana - n° 210...

 


Centrafricaine (Rép.) - n° 64 Comores 1998


et le FDC :

1969

Charte Européenne de l'Eau

L'eau est un diamant
de la nature !


 


France - n° 1612
Ghana - 47
Israël - n° PA 40

 

 

 

 

Israël - n° BF 15 Laos - n° 273 Lesotho - n° 159

 

 

 

Lesotho - 204
Namibie - n° 640 .. Russie - URSS - n° 3785

 

 

 

 

Saint-Vincent - n° 1073
Sierra Leone - 41 PA
Tanganyika - 50

 

 

Tanzanie - n° BF 45A Israël - n° 1559 Côte d'Ivoire - n° 342



 

 

 

 

URSS-Russie - 3687
Afrique du Sud 298 - 299
Botswana - 210


 

 

 

Centrafricaine - 64
Sierra Leone - 378A
Comores - (1998)

 

 

 

 

Tanzanie - 280D
Ghana - 1200
Sierra Leone - 103A PA

 

Quelques liens

 

 



Retour au sommaire

Copyright © HA.2000-2010

12/08/07 -->