Cartes - porcelaine

Un clic sur l'image pour l'agrandir

Pour tout savoir sur les cartes-porcelaine suivez ce lien :

This process, called, 'carte porcelaine' because it was more or less the first time glossy paper could be made and it had the glossy appearence of china, appeared typically in Belgium (and almost exclusively there) around 1840 and was abolished in the 1860's, when it became clear that the use of metallic colour powders and lead oxides was dangerous to the printers. The quality of the printing and the imagination in typographic decoration, makes these tradecards the most exquisite printed ephemera that one can get from this period.

Le terme carte- porcelaine se rapporte à la surface typique du support.
(en général blanc, et toujours d'aspect glacé)

Cartes origniles illustrées du "Dentiste de Londres"
travaillant à Bruges & Gand et plus tard à Bruxelles (Belgique)

Magnifique carte très bien dessinée aux traits très fins.

          

2 Cartes porcelaine
Belgique ±1840

Zéphyr, Fiske FAY
(1814 - 1889)
Dentiste de Londres

Il est l'auteur d'un ouvrage "Manuel à l'usage des gens du monde".

     
 Les dents, leur éruption, leur entretien, leur remplacement (Bruxelles-1860)

L'auteur cite son père Cyrus FAY, qui reçut de la Société des Arts de Londres, en 1835, la grande médaille d'argent pour ses instruments personnels à l'usage des chirurgiens-dentistes.

Une lignée de Dentistes

La famille FAY

in "Chroniques Chirurgicales"
Du Pr René BOISSON
(Bruxelles - 1970)

Dr. Jonas FAY (1776-1835)
by Michele FitzGerald
December 29, 2002

Dr. Jonas FAY was the son of Stephen and Susan (Fiske) FAY of Bennington, Vermont. He was the namesake of his famous uncle, Dr. Jonas FAY (1736-1818) concerning the statehood of Vermont. He was Educated at Harvard University. Dr. Jonas came to Cazenovia after a group of Dutch bankers began to invest in the area as an industrial century because of it water sources in 1793/4. Cazenovia was 130 miles from Albany, New York. The town's first grist mill was built here in 1793-4 and a saw mill was opened in 1798. They were called the Prosperity Mills by the Establishment. In 1805 the mills were purchased from Lincklaen by Stephen and Jonas Fay. This complex of mills was called the Lake Mills which were rebuilt possibly by the good Doctor and brother to accommodate the inventions of manufacture of the time. They passed through several hands over the next several decades. He purchased considerable tracts of land at Cazenovia Village after it established in 1794 and over the course of his residency there . In 1810 he became the first president i.e. Mayor of Cazenovia Village with a population of 500 inhabitants. His brother, David Fay, served as a forester of the town. Dr. Jonas remained on the Cazenovia Town Road Books between 1805 and 1817.

He served as surgeon in the War of 1812 under the 2nd Regiment (aka Samuel Dutton’s Regiment) of the New York State Militia; the Daughters of the Revolution (DAR) recognize Dr. Jonas FAY as an American Patriot. Sadly, his wife, Rebecca, died in the same year, 1812.

Dr. Fay was for a time resident of the place, and owned the saw mill over the creek on Mill street. The Doctor was a ready, jovial man. One of his men wanted an order on some store to buy a hat. So he took a shingle and wrote on it with his pencil as follows:

"To any merchant, this or that
Let the bearer have a hat
And I will see you have your pay;
Your humble servant, Jonas Fay."

 

Carte de visite du dentiste DESIRABO
(± 1830), né en 1771.

( Cette carte mesure 4 x 6.5 cm. )

Il a publié un livre en 1847 intitulé : "Nouveaux éléments complets de la science de l'art dentaire".

  

Sur le site
http://www.bium.univ-paris5.fr/sfhad/vol1/art09/corps.htm

on peut retrouver une de ses inventions :
Le tenon-crampon de Desirabode
La solidité des dents minérales, ainsi que leur rétention par rapport à la plaque base, semblent avoir beaucoup préoccupés les praticiens. Antoine Malagou Desirabode , domicilié à Paris, 194 rue du Palais Royal, " frappé des inconvénients qui résultaient pour le public du peu de solidité des crampons destinés à fixer l’appareil dentaire des dents factices, qui résistent rarement au travail de la mastication ", et "  mettait les dentistes dans la nécessité de les remplacer, en même temps qu’elles faisaient renoncer le public à leur usage ", invente alors un crampon à pattes, qu’il appelle teno-crampon.


Il le fera breveter le 24 juillet 1835. Ce crampon, d’une seule pièce, exécuté mécaniquement, présente l’avantage de la solidité. Il résiste à toute épreuve, " attendu qu’il se trouve adapté à la pâte minérale lors du montage, et qu’il s’y fixe invariablement pendant la cuisson, par suite du retrait qu’éprouve la dite pâte ". Le travail en est simplifié  puisque les deux crampons ou agrafes employés jusque-là nécessitaient l’ouverture d’une coulisse dans laquelle s’adaptait une petite branche de métal. Aucune détérioration ne sera apportée à la dent, puisqu’il est désormais inutile de la présenter au feu. " Le teno-crampon est adapté à la pâte avant la cuisson tandis qu’auparavant il fallait au moins deux crampons dans la pâte, une coulisse, un tenon en métal et trois ou quatre pailles d’or pour souder le dit tenon aux crampons. De sorte qu’il arrivait que si un des crampons était arraché ou que si le tenon était mal soudé, ou se détachait, la dent tombait".

Carte romantique

Belgique ±1840

2 Cartes porcelaine

J. LAPIERRE
Dentiste

Tournay

Rare carte porcelaine (1840) du dentiste M.A.F. Brebart Fils, fabriquant de dents artificielles en métal à Gand, et annonçant sa visite à Anvers.

Le texte

M.A.F.Brebart Fils
Carte de déménagement

 

Dentiste LEFEVRE
à Bruges

de la Faculté de Médecine de Paris

(11.5 x 7.5 cm)

Belgique

Carte de visite du Chirurgien-dentiste
P.F.EDAIN
à Louvain

"prévient le public qu'il est propriétaire d'un Ciment minéral pour le plombge des dents, et qu'il se charge de tout de qui est relatif à la partie Artificielle de la Bouche."

 

 
 
       

 


Retour au sommaire

Copyright © HA.2001- 2007

13/08/07